Compte rendu Réunion du jeudi 10 janvier 2018

Imprimer
ATELIERS EGALITE PROFESSIONNELLE FEMMES HOMMES  et APPRENTISSAGE ET FORMATION PROFESSIONNELLE

Comité Local La République En Marche ! Saint-Zacharie, Réunion du jeudi 10 janvier 2018 de 19h00 à 22h00
Présents : Anne, Frédérique,  Michèle, Monique,  Alain, François, Marc
Excusés: Christiane, Benoît, Thomas

Monique lance cette première réunion de l’année avec les 2 ateliers proposés par La République En Marche !

Les vœux ont été transmis et renouvelés en souhaitant une belle réussite aux réformes entreprises au service de la France et de ses habitants.

Comme il s’y était engagé durant la campagne, Emmanuel Macron a lancé la grande cause nationale du quinquennat : l’égalité entre les femmes et les hommes.  Pour changer durablement les mentalités et les comportements, la mobilisation de tous est indispensable. A travers cette consultation sur l’égalité professionnelle, il s’agit de partager avec le mouvement LaREM, nos perceptions, nos idées et solutions pour faire avancer ce combat. Les résultats de la consultation seront remis à Muriel Pénicaud, ministre du Travail et à Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Quelques chiffres sont communiqués avant de commencer :

  • en moyenne, les femmes travaillent moins souvent que les hommes : 61% des femmes en âge de travailler occupent un emploi, contre 68% des hommes ;
  • lorsqu’elles travaillent, elles le sont plus souvent à temps partiel : 30% des femmes ayant un emploi l’occupent à temps partiel, contre 8% des hommes ;

elles accèdent aussi moins souvent aux postes à responsabilité : seulement 14% des postes de direction sont occupés par des femmes ;

  • enfin, les femmes sont moins payées que les hommes, en moyenne de 450€ de moins par mois. Pour deux emplois équivalents (poste, expérience, âge etc.) une femme est payée en moyenne 10% de moins qu’un homme.

Il est ensuite procédé à l’examen des questions ci-dessous.

 Partie 1 / 3 : Perception générale sur les inégalités professionnelles

1/ Selon vous, quelle est la principale inégalité face au travail entre les femmes et hommes ?

☒A        Les discriminations à l’embauche

☒B         L’inégalité de salaire

☒C         L’inégalité dans les promotions

☐D        Je ne sais pas

☐E         Autre

Il ressort des échanges que les 3 premiers items sont liés

2/ Selon vous, quelles sont les conséquences concrètes des inégalités professionnelles pour les femmes ?

Accès à l’emploi plus difficile, manque de qualification chez les femmes ; impossibilité de faire une carrière professionnelle en lien avec les difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle ; un niveau de rémunération plus faible très souvent lié à un niveau de vie plus faible que celui des hommes ; une montée en puissance du travail précaire pour les femmes ; des difficultés d’accès aux promotions ; une incidence négative sur les retraites perçues et tout cela parce que les femmes ne peuvent accéder au même niveau de rémunération que les hommes.

3/ D’une manière générale, avez-vous le sentiment que les choses évoluent dans le bon sens ?

☐A        Oui, tout à fait

☒B         Oui, mais pas assez vite

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

 

Partie 2 / 3 : Favoriser l’égalité dans l’accès à l’emploi

Pour rappel, 61 % des femmes en âge de travailler occupent un emploi (contre 68% des hommes) et 30% des femmes travaillent à temps partiel (contre 8% des hommes).

 4/ Selon vous, pourquoi les femmes ont-elles moins accès à l’emploi que les hommes ?

Discrimination à l’égard des Femmes (maternité, congés parentaux, absences et horaires aménagés en lien avec les enfants …) la crainte de l’absence de disponibilité et de flexibilité des mères de famille. Volonté de certains employeurs de conserver un pouvoir « entre  hommes » ; dans certains métiers, le recrutement masculin est privilégié en évoquant des contraintes matérielles, physiques…

 5/ Pensez-vous que les discriminations à l’embauche envers les femmes sont courantes ?

☐A        Oui, tout à fait

☒B         Oui, plutôt

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

 6/ Selon-vous, pourquoi les femmes sont-elles plus souvent à temps partiel que les hommes ?

Métiers moins qualifiés, lien avec les horaires coupés, charge de famille, famille monoparentale, temps partiel subi rarement choisi. Nécessité de concilier vie professionnelle et vie de famille, les femmes sont souvent recrutées sur des postes moins qualifiés et la difficulté à construire une carrière.

 7/ Pensez-vous que le fonctionnement par foyer de l’impôt sur le revenu est, pour les femmes, un frein à l’emploi?

En France, les couples mariés sont toujours imposés conjointement (un taux pour tous les revenus du foyer) et ne peuvent choisir une imposition séparée (un taux chacun, en fonction des revenus de chacun). Le taux d’imposition étant progressif, ce système peut dissuader l’un des membres du couple à augmenter ses revenus lorsqu’il existe un écart important dans le couple.

☐A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

Les avis sont partagés et il est difficile d’affirmer qu’il s’agit d’un frein à l’emploi.

 8/ Seriez-vous favorables à permettre d’individualiser l’impôt sur le revenu au sein du foyer pour favoriser l’emploi des femmes ?

L’individualisation impliquera une baisse d’impôts pour celui qui gagne le moins, et une hausse pour celui qui gagne plus. Dans le système fiscal actuel, cela entraînera une hausse globale des impôts.

☐A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☒E         Je ne sais pas

Les participants conviennent que les deux questions précédentes s’inscrivent plus largement dans la réforme de la fiscalité.

9/ Une autre idée concrète pour améliorer l’égalité l’accès à l’emploi ?

  • Favoriser le télétravail
  • Développer la qualité de l’emploi car il y a inégalité d’accès à l’emploi mais en particulier à la qualité de l’emploi
  • Lever les discriminations à l’embauche
  • Attirer un public féminin sur des métiers à forte concentration masculine et attirer un public masculin sur des métiers à forte concentration féminine en incitant financièrement les employeurs pour laisser le temps aux mentalités d’évoluer
  • Travailler sur l’acceptation de la « féminité » sur des emplois dits « masculins »
  • Réalisation d’un guide pédagogique pour les TPE/PME, liens avec les ARACT Agences Régionales d’Amélioration des Conditions de Travail et l’ANACT Agence Nationale d’Amélioration des Conditions de Travail
  • Travailler sur les parcours d’intégration en vue de la prévention de l’usure professionnelle
  • Réunion de sensibilisation Egalité Femmes – Hommes : quoi ? pourquoi ? comment ?
  • Passer de la contrainte légale au Bien Etre au Travail.

 

Partie 3 / 3 : favoriser l’égalité dans l’emploi

Pour rappel, les femmes gagnent, à travail équivalent, presque 10% de moins qu’un homme (soit 225€ net par mois de moins en moyenne). Aussi, seuls 14% des postes de direction sont occupés par femmes.

 10/ Selon vous, pourquoi, à travail égal, les femmes sont moins payées que les hommes ?

Discrimination dans les nominations aux postes supérieurs (crainte de la part des dirigeants d’un manque d’assiduité notamment)

Sentiment de devoir conserver un entre-soi « masculin » au sein des instances dirigeantes

Les Femmes occupent des postes moins qualifiés dans des secteurs moins rémunérateurs

 11/ Souhaiteriez-vous avoir plus d’informations sur les pratiques de chaque entreprise en matière d’égalité entre les sexes ?

☒A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

 

12/ Sur quel(s) thème(s) ? Les participants considèrent que les 3 items suivants sont liés.

☒A        L’égalité salariale

☒B         L’évolution des carrières

☒C         La parité dans les instances dirigeantes

☐D        Autre

 13/ D’une manière générale, êtes-vous favorables à des quotas en fonction du sexe dans les nominations des postes de direction ?

☐A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☒C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

 14/ Êtes-vous favorables à imposer la parité totale dans la nomination des grands postes de la fonction publique ?

La loi impose un taux minimum de personne de chaque sexe (40% de femmes au 1er janvier 2017) parmi les nominations des postes à forte responsabilité de la fonction publique. Des pénalités financières sont prévues en cas de non-respect de ces engagements (90 000€ par poste manquant)

☐A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

Cette question a conduit lors des échanges à deux options opposées, une partie des participants considérant qu’il faut tout à fait introduire la parité totale en fonction du sexe dans les nominations des postes de direction, l’autre partie des participants, n’étant pas vraiment convaincue des effets d’une telle mesure.

 15/ Pensez-vous que le congé paternité, dans son fonctionnement actuel, est un frein à l’égalité professionnelle femmes-hommes ?

Le congé de paternité et d’accueil de l’enfant est ouvert au père de l’enfant, s’il est salarié. La durée du congé de paternité et d’accueil de l’enfant est fixée à 11 jours calendaires consécutifs, et doit intervenir dans les 4 mois suivants la naissance. Il s’ajoute au congé de naissance (3 jours minimum).

☐A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☒C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

 16/ Seriez-vous favorable à la création d’un congé parental commun, à partager entre les deux parents ?

Pour des raisons médicales, une partie de ce congé parental commun serait incessible et réservée à la mère.

☒A        Oui, tout à fait

☐B         Oui, plutôt

☐C         Non, pas vraiment

☐D        Non, pas du tout

☐E         Je ne sais pas

La notion de raisons médicales n’apparait pas pertinente aux participants ; la nécessité d’un réel partage du congé parental est reprise par tous au cours des échanges et il faut se référer à l’ensemble des textes régissant dès à présent le congé parental pour le faire évoluer dans ce sens du partage choisi.

 17/ Une autre idée concrète pour améliorer l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’emploi ?

La réflexion pourrait se poursuivre sur les items ci-dessous :

  • Déculpabiliser les entreprises tout en les responsabilisant ; nécessité d’une plus grande information et sensibilisation des employeurs, recruteurs, accompagnateurs…
  • La prise en compte d’une plus grande ouverture aux compétences qui existent
  • Avoir conscience que la plus grande diversité de profils au sein d’une entreprise permet une productivité accrue.
  • La mise en exergue que certaines mesures nécessitent un investissement financier supportable par les employeurs
  • Création d’une journée de l’EGALITE

Quelques liens  pour aller plus loin :

EN MARCHE!\ATELIER EGALITE FEMMES HOMMES\fse-recueil-projets.oct2016.pdf

EN MARCHE!\ATELIER EGALITE FEMMES HOMMES\convention_onu_1979-4.pdf

EN MARCHE!\ATELIER EGALITE FEMMES HOMMES\PROMOUVOIR L’EGALITE_ HOMMES_FEMMES.pdf

EN MARCHE!\ATELIER EGALITE FEMMES HOMMES\MEMOIRE-GROUPE3-l-egalite-professionnelle-hommes-femmes-cont.pdf

 

Les participants débutent ensuite l’atelier Réforme de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage.

Après la réforme du dialogue social et du Code du travail, le Gouvernement a lancé le deuxième grand chantier de la transformation de notre modèle social : la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

À travers cette consultation, il nous est proposé d’enrichir le travail du Gouvernement et les débats parlementaires sur le projet de loi qui sera présenté au printemps 2018.
Les résultats seront remis au Gouvernement et aux groupes LaREM au Parlement.

 

Partie 1 / 2 : l’apprentissage

1/ En quelques mots-clés, comment définiriez-vous l’apprentissage ?

Processus d’acquisition de connaissances, de savoir-faire, d’habiletés, de positionnements.

Un levier d’accès à l’emploi efficace basé sur l’alternance, une voie professionnelle à privilégier en particulier en ces temps de chômage accru.

Formation concrète dans une entreprise avec traitement pour la partie théorique par un centre de formation.

Cette acquisition de savoirs nouveaux permet d’interagir avec son environnement.

L’apprentissage doit permettre de faire le lien avec des savoirs existants.

L’apprentissage permet de conjuguer formation et emploi.

Il doit permettre à des talents de s’exprimer.

Il faut noter la corrélation savoir et savoir-faire.

Il s’agit d’un mode de formation proche de l’entreprise qui doit être revalorisé et repensé en lien avec l’Emploi.

Ce dispositif n’est pas suffisamment développé car ses modalités sont méconnues et il est entaché d’un déficit d’image ; proposer l’entrée en apprentissage aux élèves en échec scolaire n’est pas valorisant.

http://www.institutmontaigne.org/blog/assurance-chomage-formation-professionnelle-et-apprentissage-au-service-du-marche-du-travail-le-cas?utm_source=Institut+Montaigne+%28fr%29&utm_campaign=ca4566dcee-EMAIL_CAMPAIGN_2018_01_11&utm_medium=email&utm_term=0_700e2510d8-ca4566dcee-261271577

2/d’une manière générale, avez-vous le sentiment que notre système d’apprentissage fonctionne ?

☐A Oui, tout à fait

☐B Oui, plutôt

☒C Non, pas vraiment

☐D Non, pas du tout

☐E je ne sais pas

La gestion financière de l’apprentissage doit être revue, la question problématique de l’orientation des élèves

 3/ D’après vous, quel est le principal défi pour notre système d’apprentissage ?

☐A Élargir les conditions d’accès au système (âge, niveau de diplôme…)

☒Renforcer l’attractivité de l’apprentissage (rémunération, droits, aides etc.)

☐C Améliorer l’orientation des élèves et des étudiants

☒D Accroître l’implication des entreprises dans la formation

☐E je ne sais pas

☐F Autre

Les participants notent que les formations doivent être adaptées au marché du travail, aux besoins des entreprises ; ils échangent sur la divergence philosophique entre la conception allemande et la conception en France de l’apprentissage et partagent l’avis que l’apprentissage doit être valorisant et valorisé.

4/ Seriez-vous favorable à la suppression d’un âge maximal pour commencer une formation en apprentissage ?*

Aujourd’hui, sauf dérogation et cas particulier, on ne peut être apprenti après 25 ans.

☒A Oui, tout à fait avec des formations longues et la mise en œuvre de passerelles entre les parcours, les filières, et faire sauter la barrière de l’âge

☐B Oui, plutôt

☐C Non, pas vraiment

☐D Non, pas du tout

☐E je ne sais pas

5/ Seriez-vous favorable à permettre les recrutements d’apprentis en dehors des dates habituelles (généralement autour du mois de septembre) ?*

Aujourd’hui, sauf dérogation, la date de début de contrat ne peut être antérieure de plus de 3 mois, ni postérieure de plus de 3 mois, au début du cycle de formation du centre de formation que doit suivre l’apprenti.

☒A Oui, tout à fait, avec un contrat d’apprentissage adaptable ; il faut introduire de la souplesse entre les temps consacrés à la théorie et ceux consacrés à la pratique ; il est nécessaire d’harmoniser les aides financières en la matière

☐B Oui, plutôt

☐C Non, pas vraiment

☐D Non, pas du tout

☐E je ne sais pas

6/ Connaissez-vous le programme « Erasmus + » , qui permet aux apprentis Français de se former ailleurs en Europe ?* https://info.erasmusplus.fr

Aujourd’hui, il existe un programme appelé Erasmus + permettant à des jeunes Français de partir se former ailleurs en Europe puis de revenir. Mais seulement 6 000 jeunes en ont profité en 2017.

☒Oui

☐Non

 7/ Selon vous, ce programme devrait-il être développé pour permettre à davantage de jeunes de partir se former à l’étranger ?*

☒A       Oui, tout à fait, il apparait utile de créer un contrat d’apprentissage avec un cadre unique européen qui détermine le même statut pour l’apprenti et lui offre une protection identique dans n’importe quel pays européen dans un premier temps et ensuite étendre ces dispositions à l’international.

☐B        Oui, plutôt

☐C        Non, pas vraiment

☐D       Non, pas du tout

☐E        Je ne sais pas

 8/ Avez-vous déjà conclu un contrat d’apprentissage ?*

Choisissez-en autant que vous le voulez

☐A        Oui, en tant qu’apprenti (ou parent d’apprenti)

☐B        Oui, en tant qu’entreprise

☐C        Non, mais je l’aurais souhaité

☐D       Non

Expérience variable dans ce domaine selon les participants

9/ D’une manière générale, auriez-vous une recommandation à nous faire pour améliorer notre système d’apprentissage ?

Il est indispensable de revaloriser l’image de l’Apprentissage, de créer des liens entre l’Education Nationale et le monde de l’Entreprise

Il est nécessaire de repenser l’organisation du dispositif

 

Partie 2 / 2 : La Formation Professionnelle

10/ D’une manière générale, avez-vous le sentiment que notre système de formation professionnelle fonctionne ?*

☐A       Oui, tout à fait

☐B        Oui, plutôt

☒C        Non, pas vraiment

☐D       Non, pas du tout

☐E        Je ne sais pas

11/ Etes-vous favorable à un système de notations des formations ?*

Aujourd’hui, une grande partie des usagers souhaitent avoir plus de visibilité sur la qualité des formations dispensées or il n’existe pas de guichet unique pour obtenir ses informations.

☒A       Oui, tout à fait

☐B        Oui, plutôt

☐C        Non, pas vraiment

☐D       Non, pas du tout

☐E        Je ne sais pas

 12/ Le gouvernement envisage de mettre en place une application numérique afin d’améliorer le recours à la formation professionnelle par les salariés et les demandeurs d’emploi.
Selon vous, cette application devrait en priorité contenir des informations sur :
*

☒A       Les offres d’emploi par secteur d’activité

☒B        Les droits à la formation (par exemple le nombre d’heures)

☒C        Les formations nécessaires pour répondre aux offres d’emploi

☐D       Les formations disponibles autour de chez soi

☒E        La durée et le coût des formations

☒F        L’avis des usagers sur la qualité de chaque formation

☐G       Autre

Le classement issu des échanges est le suivant : B, A, C, E et F

 13/ Auriez-vous un autre conseil à nous donner pour améliorer l’information sur la qualité des formations dispensées ?*

Des échanges il ressort qu’il existe actuellement le dispositif Data Dock https://www.data-dock.fr/

et les 21 indicateurs qu’il retient ; la qualité doit être examinée par un organisme externe et les OPCA Organismes Paritaires Collecteurs Agréés ne doivent plus être les gestionnaires des fonds de la formation professionnelle.

 14/ Avez-vous le sentiment de connaître vos droits en matière de formation continue ?*

☐A       Oui, tout à fait

☒B        Oui, plutôt

☐C        Non, pas vraiment

☐D       Non, pas du tout

☐E        Je ne suis pas concerné

Cet accès à la connaissance de ces droits semble plus complexes pour les demandeurs d’emploi.

15/ Au cours de votre parcours professionnel, vous êtes-vous déjà inscrit à une formation ?*

Si vous vous êtes inscrit à plusieurs formations, choisissez celle qui vous a le plus marqué

☐A       Oui, via Pôle Emploi

☒B        Oui, via mon employeur

☐C        Oui, via mon compte personnel d’activité

☐D       Oui, via les services de la Mairie

☐E        Non, mais j’aurai pu

☐F        Je ne suis pas concerné

 16/ Une idée concrète pour améliorer notre système de formation professionnelle ?

Un accompagnement renforcé en cas de licenciement économique ou de licenciement pour inaptitude non professionnelle

Développer en parallèle le tutorat en entreprise : formation des tuteurs, reconnaissance des tuteurs et valorisation salariale de leur investissement

La formation doit permettre un réel ascenseur social.

Améliorer la prise en charge des demandeurs d’emploi.

La gestion financière de la formation professionnelle doit revenir à l’Etat.

Un site pour consulter le Répertoire National des Certifications Professionnelles http://www.rncp.cncp.gouv.fr/

 

Atelier Projets Citoyens

Monique indique que dans le cadre de la prochaine réalisation de cet atelier conjoint avec les deux comités La République En Marche ! de Saint-Maximin, elle a rendez-vous le lendemain avec Monsieur le Maire de Saint-Zacharie, ce dont elle le remercie, en vue de la mise à disposition d’une salle.

 

Jumelage Comité Rome En Marche Comité Local La République En Marche ! Saint-Zacharie

De passage  à Rome, Monique et Marc ont pu rencontrer Peggy Animatrice du Comité Rome en Marche ! et Antoine Référent La République En Marche ! 8ème circonscription des Français de l’Etranger. Les nombreux échanges et partage de travaux, depuis de nombreux mois,  actent de manière concrète ce jumelage et un futur échange par visio doit avoir lieu.

Jumelage Comité Lourdes Centre Comité Local La République En Marche ! Saint-Zacharie

Marie-Agnès et Monique au travers des deux comités, travaillent conjointement sur différents chantiers de réflexion et Marie-Agnès et Alain feront le déplacement à Saint –Zacharie du 26 au 28 janvier 2018 pour officialiser le jumelage le 27 janvier 2018.

Une forme conviviale sera organisée.

Pôle Europe LREM 83

Monique indique que la prochaine réunion du Pôle Europe LREM 83 auquel elle participe, se tiendra le samedi 13 janvier 2018 par Skype.

Monique remercie l’ensemble des participants pour ces échanges constructifs et il est partagé un repas et un moment de convivialité autour de la galette traditionnelle.

 

 Monique Animatrice du Comité Local La République En Marche! Saint-Zacharie

 

 

 

 

image_print