Charte des Valeurs EM Barcelone

Imprimer
Bonjour,

Dans le cadre du partage, car il est toujours intéressant d’échanger des idées, je vous transmets pour information avec son accord, le document complété par le Comité EM Barcelone que m’a transmis Isabelle Guyot

A bientôt,

Amicalement

Monique Animatrice Comité Local La République En Marche ! Saint-Zacharie »

Questionnaire proposé:

1. Si vous deviez décrire La République En Marche ! à une
personne qui ne connaît pas le mouvement, que diriez-vous en
une phrase ?
François : Un mouvement citoyen devenu parti politique de la majorité présidentielle.
Elodie : Un renouveau devenu système politique. Orienté pour retrouver l’intérêt général. Pas un
système. Une réforme de la politique française.
Isabelle : Un mouvement avec lequel les citoyens peuvent avoir un rôle dans la construction,
l’évolution, la compréhension des décisions politiques.
Christian: Un mouvement citoyen permettant à la société civile de contribuer au renouveau non
partisan de l’action politique et gouvernementale.

2. Qu’est-ce qui distingue LaREM des autres
partis/mouvements politiques français ? EN termes de valeurs
Elodie : L’union, la diversité, l’ouverture sur le monde et l’Europe. Pas d’opposition au libéralisme.
Pas contre le système, jouer du système et qui peut être un exemple. La France fait souvent figure
de modèle dans le monde et de cette manière elle porte une certaine responsabilité (malgré elle ?).
François : Le consensus, l’Europe.
Isabelle : L’organisation bottom-up, la co-création.
Christian : L’absence de dogme partisan qui permet à des acteurs d’origines diverses de se retrouver
hors des clivages éculés, d’avoir une pensée plus libre et plus ouverte, plus réaliste donc, et
certainement plus créative.

3. Qu’est-ce que La REM ne doit surtout pas devenir ?
Elodie, François et Isabelle :
– Un parti vertical où toutes les décisions se prennent au siège.
– Un parti qui oublie le mouvement citoyen.
Isabelle :
– Un parti dans lequel les adhérents deviennent des obéissants.
– Un parti qui s’interdit de réfléchir à certains sujets.
– Un parti qui n’a plus d’ouverture à toutes les idées.
– Un parti qui ne respecte pas ceux qui ont un avis différent.
– Un parti qui cherche à exclure les courants d’idées pour parvenir à une pensée unique plus simple
à gérer.
– Un parti qui ne regarde les autres partis que pour y voir des défauts.
Christian: Un parti “comme les autres”.

4. Réfléchissons ensemble à la manière de définir notre mouvement dans notre future charte des valeurs. Voici ce qui est inscrit dans la charte actuelle :
« En Marche est un collectif citoyen qui part d’une conviction : les Français doivent être au cœur de la vie politique, et non son décor. Ce collectif n’est pas l’addition d’individus, mais le rassemblement de personnes engagées qui partagent un socle de valeurs. »
Est-ce que cette présentation vous semble toujours adéquate ? Oui – Non.
Isabelle : Oui
Christian: Oui

5. Comment définiriez-vous notre mouvement aujourd’hui ?
Isabelle :
– Un mouvement qui se construit, qui est en train de chercher une dynamique pour continuer
d’impliquer les citoyens en dehors des échéances électorales. Cette consultation sur la charte en est
un bon exemple.
– Un mouvement bottom-up qui considère que la créativité, les idées, le changement vient de la base
et ne peut se mettre en place sans la base.
Christian : D’abord comme un mouvement qui réussit malgré sa jeunesse, malgré une organisation
et un fonctionnement qui se cherche, malgré le dédain affiché par beaucoup quant à son “inexpérience”, … et grâce à l’enthousiasme et à l’absence de complexe de ceux qui s’y investissent.
Un mouvement qui a besoin de se structurer maintenant qu’il est devenu le parti présidentiel, qui a besoin de préserver son attrait auprès des citoyens, qui doit laisser la place principale au débat ouvert mais qui doit accepter les arbitrages de sa direction, un mouvement qui doit gagner en maturité tout en conservant la fraîcheur et ’originalité qui ont fait son attrait et son succès.

6. En tant qu’adhérent(e) de La REM, quelles sont les valeurs
qui vous guident ?
Isabelle : Le respect au sens large (des hommes, des animaux, de la nature, des idées…), l’ouverture, l’humanisme, l’altérité, le courage politique.
Christian : … et je rajouterai la justice, qui est le fondement d’une société démocratique qui fonctionne, et  l’efficacité, qui est l’instrument de mesure d’une action politique réaliste.

7. Quelles sont les valeurs ou les sujets qui doivent selon vous apparaître dans la charte de La REM ?
(5 réponses possibles parmi les suivantes)
A Diversité
B Bienveillance
C Progrès
D Émancipation
E Audace
F Solidarité
G Avenir
H Rassemblement
I Innovation
J Renouvellement
K Egalité femmes/hommes
L Laïcité
M Europe
N Ouverture
O Co-construction
P Autre
Isabelle : Bienveillance, Innovation, Europe, Ouverture, Co-Construction.
Christian: Toutes; je ne vois pas comment hiérarchiser cette liste en tant que “valeurs”, elle ne pourrait l’être qu’en tant que priorisation dans un programme à terme. J’y rajouterais “solidarité”.

8. Quels sont les comportements qui sont contraires à nos valeurs et qui doivent être mentionnés comme tels dans la charte ?
Isabelle :
– La fermeture de la réflexion même sur des sujets qui nous dérangent,
– L’autoritarisme d’un parti ou de ses représentants vis-à-vis des adhérents, le pensée unique,
– Les conflits d’intérêt, le cumul des mandats, le non-renouvellement des candidats, de manière
générale, la concentration des responsabilité dans les mains d’un petit nombre et dans la durée,
– Le renoncement à nos valeurs par calcul politique.
– Le manque de courage politique. La politique politicienne.
Christian :
– L’exclusion et la discrimination sous toutes leurs formes.
– La manipulation sociale et le mensonge médiatique.

9. Quelles sont les pratiques des partis traditionnels qui sont
contraires à nos valeurs ?
Isabelle :
– Le concept de militant vs celui d’adhérent : le manque d’implication des membres dans la prise de décision ou même la réflexion au sens large.
– La verticalité, le top-down.
Christian :
– Le clientélisme
– L’extrémisme
– La stigmatisation
– La violence verbale
– Le mensonge
– La compromission

10. Aujourd’hui, quel est pour vous le projet politique susceptible d’unir tous les adhérents de notre mouvement ?
Isabelle :
– Un projet politique qui ne trahit pas les valeurs de La REM.
– Un projet politique qui se co-construit avec les adhérents.
Christian :
– Un projet qui réconcilie les français entre eux en montrant à chacun qu’il est pris en compte,
– Un projet qui, en relançant la construction européenne, réconcilie les français avec cette idée,
– Un projet qui intègre de manière concrète et pragmatique les défis planétaires actuels : contrôle de
la finance, éducation, écologie, énergies, sécurité, alimentation…

11. Si je vous dis : « Libérer, protéger, réconcilier » : vous retrouvez-vous dans ces mots ? Oui – Non.
Elodie, François et Isabelle : Dans l’absolue on ne peut qu’être d’accord mais tout dépend de la définition que l’on donne aux termes.
Christian : Oui

12. Pourquoi ?
Elodie, François et Isabelle : Il faudrait contextualiser davantage :
– Libérer qui/quoi ? de qui/ de quoi ?
– Protéger qui ? / quoi ?
– Réconcilier qui ? / avec qui ? / avec quoi ?
Christian (je paraphrase un peu la réponse du comité de Rodez qui est excellente) : Ils concilient les valeurs républicaines de la droite et de la gauche traditionnelles en permettant l’ouverture sur un débat d’avenir. Ils incarnent le “vivre ensemble” et la volonté de ne laisser personne sur le bord de la route.

13. « Réconcilier justice sociale et efficacité » : vous retrouvez vous dans ces mots ?
Isabelle : Oui et non. Là encore, il faudrait contextualiser davantage.
Christian : Oui

14. Pourquoi ?
Isabelle : Est-ce une manière de dire que l’action sociale n’est pas efficace et devrait l’être davantage
? Si oui, je me retrouve dans ces mots.
Si c’est une manière de dire que l’efficacité ne se mesure que par une réduction des coûts des mesures je ne me retrouve pas. Je préfère dans un premier temps travailler à budget égal mais avec des objectifs plus importants puis diminuer progressivement (approche price-cap régulation que j’ai découverte dans la régulation ferroviaire et dont le principe me parait très intéressant).
Christian : il n’y a que les résultats solides qui comptent aux yeux des intéressés (i.e. à terme du quinquennat), un discours de justice sociale qui n’est pas suivi d’effet on n’en a que trop entendu.
Que l’efficacité appliquée à la justice sociale permette de reconstruire, dans l’esprit de tous, le véritable concept civique de solidarité qui s’applique par la redistribution équitable, me paraît indispensable pour préserver la pacte républicain et le modèle social. Qu’il y ait des désagréments et des turbulences en route après des années l’exacerbation de l’individualisme, me paraît juste une “pilule amère” à laquelle tout le monde doit se prêter pour un “greater good”.

15. Quelles doivent être les grandes causes thématiques portées par notre mouvement ? Ce pour quoi vous avez envie
de vous battre ?
Isabelle et Christian :
– Redonner de la confiance dans l’Etat et les services publics (qualité, fiabilité, respect…),
– Redonner de l’espoir dans l’école et le travail comme des leviers d’épanouissement et d’intégration sociale,
– Europe,
– Développement durable,
– Accompagnement des changements du monde du travail pour tous (formation, fracture numérique…) en fonction des âges, des sexes, des origines géographiques et sociales…
– État et services numériques pour tous également (en interne dans les collectivités, les services de
l’Etat, les établissements d’enseignement… et dans les services aux usagers).

16. Parmi les causes suivantes, lesquelles vous semblent les plus importantes ?
(3 réponses possibles)
A L’égalité des chances
B La construction d’une Europe plus juste et efficace
C L’égalité femmes/hommes
D Les fractures territoriales
E La transition écologique et solidaire
F La jeunesse
G La protection des plus fragiles
H Le renouvellement des visages et des pratiques en politique
I Autre
Isabelle :
– La transition écologique et solidaire,
– La construction d’une Europe plus juste et efficace,
– L’égalité des chances.
Christian:
– La construction d’une Europe plus juste et efficace,
– La transition écologique et solidaire,
– La protection des plus fragiles.
NB : Seules les réponses en gras (communes) ont été transmises.

17. Lors de la convention du 8 juillet, nous vous avons présenté plusieurs projets, quels doivent être les principaux
engagements de La REM ?
(3 réponses possibles)
A Proposer des idées, enrichir le programme présidentiel
B Porter des grandes causes nationales
C Être garant de la mise en oeuvre du programme présidentiel
D Participer à l’évaluation des politiques publiques
E Favoriser l’engagement citoyen des Français (donner les moyens d’agir)
F Soutenir l’action du Gouvernement
G Être le relais des préoccupations et des propositions des citoyens
H Autre
Isabelle :
– Proposer des idées, enrichir le programme présidentiel,
– Participer à l’évaluation des politiques publiques,
– Être le relais des préoccupations et des propositions des citoyens.
Christian:
– Proposer des idées, enrichir le programme présidentiel,
– Être garant de la mise en oeuvre du programme présidentiel,
– Favoriser l’engagement citoyen des Français (donner les moyens d’agir).
NB : Seule la réponse en gras (commune) a été transmise.

18. Quel rôle notre mouvement doit-il jouer auprès des
Français pendant les 5 prochaines années ?
Isabelle : Écouter, analyser, comprendre, relayer les préoccupations des Français.
Christian : … de manière à garantir une action gouvernementale qui continue de s’inscrire dans l’intérêt général du pays et de tous les citoyens.

19. Pour vous, en une phrase, nous aurons réussi si…..(terminez la phrase)
Isabelle : … même des Français qui n’adhèrent pas à La REM concèdent qu’au moins une des évolutions mises en oeuvre par La REM aura fait avancer la France de manière positive et durable.
Christian : … dans cinq ans, une majorité nette de français reconnaît les bénéfices de l’action gouvernementale et exprime sa confiance et son adhésion à Emmanuel Macron pour un second mandat qui permettra de mener au bout la transformation du pays.

 

image_print